La saison des salons

Il y a toute une partie de l’année où j’ai l’impression d’habiter Porte de Versailles.

C’est une saison qui commence en novembre par le salon Créations et Savoir Faire, continue en février avec Aiguille en Fête, se poursuite en mars pour Aiguille en Fête pro, et l’année dernière j’avais même poussé jusqu’à la Foire de Paris, au mois de mai. Cette année, je me limite aux deux premiers, c’est déjà pas mal et il y a déjà tant à faire sur le site internet de WoolKiss en dehors de ces salons… C’est donc déjà la fin de ma saison Porte de Versailles, et comme je suis de celles qui n’aiment pas les fins, ça me laisse toujours un petit goût de nostalgie…

Cet univers si particulier de la Porte de Versailles qui m’était complètement inconnu il y a encore 2 ans, maintenant je le connais bien ! Et même si ces semaines à gérer le salon sont peut-être les plus fatigantes de l’année, c’est toujours un moment que je retrouve avec un plaisir immense. Chaque salon me fait penser à une colonie de vacances, ce moment de l’année tellement important dans une vie d’adolescent 😉

Il y a le moment des préparatifs les jours où les semaines qui précèdent , où tu essaies de ne rien oublier en te remémorant ce qui t’a manqué les fois précédentes, avec la même petite liste que pour faire sa valise avant de partir en vacances, sauf que là c’est un brin plus stressant si tu as oublié d’emporter quelque chose !

Il y a le moment du déménagement, la location du camion, les cartons à porter, les 4 étages à monter et descendre (les joies du bureau en plein Paris !), les meubles à monter, les pelotes à protéger, le tout à décharger à l’arrivée Porte de Versailles… Il y a ce moment où je suis forcément l’un des derniers stands à commencer le montage (hum, hum), celui où à chaque fois je me demande si on va vraiment y arriver cette fois, si tout va tenir, si je n’ai pas oublié quelque chose d’essentiel (la visseuse, le marteau, la machine à CB, la laine x ou y…), si … ?

Ce moment de doute quoi…

20160203_153218

Ce moment où sans mes parents je ne sais pas comment je ferai, où je me dis que l’entrepreneuriat c’est impossible sans être soutenu par ses proches, parce que c’est toujours eux qui sont là pour m’aider à (re)préparer les colis, (re)conduire la voiture ou le camion, à (re)charger et (re)décharger, à (re)apporter les cartons, (re)planter les clous, (re)monter les meubles, (re)accrocher la déco, (re)mettre en place les pelotes et les kits…

Et c’est comme ça qu’on arrive au moment magique où le stand prend forme, on commence à y voir plus clair, le stand complètement nu prend vie et commence à ressembler à quelque chose, l’espoir renaît !

C’est à ce moment-là que la colo peut vraiment commencer : retrouver les autres exposants qu’on n’a pas vu depuis le dernier salon, faire la bise 1 000 fois, prendre des nouvelles, découvrir des nouveaux stands et se promettre d’aller les voir quand on aura une minute (ce qui n’arrive jamais, bien sûr, mais ça à chaque fois je me re-fais avoir par cette idée-là), se rendre compte qu’on est déjà fatigué avant même d’avoir commencé, et foncer à la maison pour essayer de se reposer un peu avant d’attaquer le « vrai » premier jour.

IMG_8421

Le lendemain matin, c’est l’heure du stop à la boulangerie pour attraper au vol un gros sachet de chouquettes et du café au lait Starbucks (oui, j’ai mes bizarreries), les 2 ingrédients indispensables pour un matin réussi Porte de Versailles !

Courir avec les derniers paquets en remontant les escalators – parce qu’on ne va pas se mentir, je suis rarement très en avance ces matins-là – ouvrir le stand, et finir de tout installer en attendant les premiers clients, OUF !

IMG_8428

IMG_8427

Et là, ça y est c’est parti !

Retrouver les habitué(e)s, les « je vous ai vu au dernier salon« , les « alors ??? qu’est-ce qu’on fait comme atelier avec vous cette année?« , les « oh j’ai appris la nouvelle sur Instagram ou Facebook« , vos coucou juste pour le plaisir, vos sourires, vos chouquettes (merci !), vos anecdotes, vos bonnets, snood ou autre tricotés avec nos kits tricot qui font qu’on vous reconnaît de loin quand vous marchez dans les allées ❤

On ne va pas se mentir hein, sur les milliers de personnes qu’on voit sur ces salons, parfois il y en a qui sont un peu moins agréables, mais c’est tellement rien comparé à toutes ces bonnes ondes, toutes ces nouvelles rencontres, tous ces sourires, … MERCI A VOUS pour tous ces bons moments partagés qui boostent, font oublier la fatigue, les nuits trop courtes et le mal aux pieds !

P1100476

P1100469

Cette année, les 2 salons auxquels WoolKiss a participé étaient un peu particuliers.

Le premier, Création et Savoir Faire, parce qu’il est intervenu quelques jours seulement après le 13 novembre… ça se passe de commentaires je crois pour expliquer dans quel état moral, psychologique et physique on était au moment d’ouvrir le stand. Les larmes jamais très loin derrière les sourires on a pourtant passé 5 jours incroyables avec vous, on a réappris à vivre, on a beaucoup partagé d’émotions, de  « free hugs » et de gros bisous… C’est fou de partager tout ça avec des (presque) inconnus ! Vous avez été nombreux à nous remercier d’avoir maintenu notre présence au salon et les ateliers malgré tout, mais en vrai, c’est nous qui pouvions vous dire  merci d’être venus nous soutenir, de nous donner un peu de la chaleur humaine dont nous avions tellement besoin. On s’est nourris d’amour en pelotes pendant 5 jours, et franchement ça faisait du bien.

IMG_3003

unnamed (5)

IMG_2996

Pour le deuxième salon, Aiguille en Fête, qui vient de se finir dimanche, WoolKiss s’était associé à l’association Ninoo dont je vous ai déjà parlé, une association de soutien aux enfants autistes. Pour la journée mondiale de sensibilisation à l’autisme qui aura lieu cette année le 2 avril, l’association organise un grand événement à Paris, et pour décorer le lieu, Ninoo a prévu un yarnbombing géant. Forcément, j’ai proposé de les aider sur ce projet, et pendant les 4 jours du salon, on a organisé le Marathon du tricot, où des dizaines et des dizaines de tricoteuses (et quelques tricoteurs^^) se sont relayées pour tricoter des carrés bleus, la couleur de l’autisme.

Voyez comme vous avez bien bossé !! Il faut dire qu’en plus de toutes les géniales tricoteuses de passage sur le salon, beaucoup d’entre vous sont arrivées avec leur sac déjà plein de leurs carrés bleus tricotés avec amour. On finit donc le salon avec 400 carrés tricotés pour Ninoo ! Un petit coucou au passage à toute la super team des bénévoles Ninoo, Pascale bien sûr mais aussi toutes les autres qui l’entourent si bien, et qui ont tant contribué aux succès de ce marathon ❤❤❤

P1100480

P1100460

P1100487

P1100492

P1100488

Last but not least, sur ces 2 derniers salons la team WoolKiss a commencé a bien s’étoffer, on est bien loin des débuts où j’étais toute seule à courir partout (avec déjà l’aide si précieuse de ma maman bien sûr) ! Merci à celles et celui qui ont ajouté leurs sourires à ces journées si intenses, je vous présente Zak, Nathalie, Héléna et aussi Sonia qui est venue en renfort (pardon pour celles de CSF, on a tellement pas vu le temps passer qu’on n’a pas eu le temps de prendre de photos!!).

Screenshot_2016-02-12-15-50-42

Screenshot_2016-02-12-15-51-34

Alors, cette saison étant finie, je vous donne RDV d’ici à la prochaine sur le site internet de WoolKiss, sur les réseaux sociaux (instagram, facebook ou twitter), et ici sur le blog pour les autres !

Wool Kisses à tous ❤

Rendez-vous sur Hellocoton !
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...Facebooktwittergoogle_pluspinteresttumblrmailFacebooktwittergoogle_pluspinteresttumblrmail