#jeveuxsavoir comment sont fabriqués mes vêtements ! Et vous ?

J’ai créé WoolKiss, ma marque de tricot, parce que j’avais envie de revenir à la source des vêtements que je portais, de redécouvrir le plaisir des belles matières, du fait-main, du fait-avec-amour… J’ai voulu partager avec d’autres ce plaisir de savoir que ce vêtement que je mets, il est unique parce que c’est moi qui l’ai fait – et montrer à ceux qui le souhaitent que ce n’est pas si difficile à faire que ça. Mais voilà : porter exclusivement des vêtements / accessoires / chaussures qu’on aurait tricoté ou cousu, ça n’est pas très envisageable… et sûrement pas très souhaitable non plus (et mes piètres capacités de couturière, on en parle ?) !!!

 Alors, comment je fais si j’ai envie que tous mes vêtements soient cohérents avec mes valeurs et mes choix ?

J’ai commencé à vous en parler ici l’année dernière, au moment de la naissance du mouvement « Fashion Revolution« , et du triste anniversaire (24 avril) de l’effondrement du Rana Plazza. Parce que cet événement, ce n’est pas un fait divers. C’est la tragique conséquence d’un système dans lequel 1133 ouvriers meurent et 2500 autres sont grièvement blessés parce qu’ils sont en train de fabriquer nos vêtements dans des conditions épouvantables.

Dhaka_Savar_Building_Collapse

Depuis que je sais ça, je sais que je ne veux pas continuer à fermer les yeux. Je ne veux rien avoir à faire avec ce système qui met tellement la pression sur les prix et délais qu’il fait s’écrouler une usine textile sur ses ouvriers (pour rappel : pour ne pas prendre de retard dans la production, le bâtiment n’a pas été évacué alors qu’il présentait des fissures déjà quelques jours avant le drame).

Mais comment je fais pour avoir les infos sur la provenance des mes vêtements ? quand j’essaie de savoir, que je regarde l’étiquette ou les sites Internet de la plupart des marques : JE NE SAIS PAS !! Oui il y a parfois écrit le pays (et encore, vous saviez que ça n’était pas obligatoire en France ? je n’en reviens toujours pas !). Mais moi le pays ça ne me dit pas grand chose : je n’ai absolument rien contre le fait que mes vêtements soient fabriqués au Bangladesh ou ailleurs, je veux juste qu’ils soient fabriqués dans de bonnes conditions.

FashRev_Je veux savoir_carré

C’est d’autant plus fou ce manque de transparence que dans d’autres domaines que la mode, j’ai quand même l’impression qu’on commence à être mieux renseignés :

Dans l’alimentation par exemple, j’ai déjà pas mal d’infos rien qu’en lisant l’étiquette. Par exemple, je sais que si je veux manger des œufs qui viennent de vraies poules qui respirent un vrai air, je les choisis avec le numéro zéro écrit dessus. Je sais que je peux acheter des fruits et légumes bio a peu près partout, y compris en grande surface. Et je commence même à pouvoir acheter facilement certains produits fabriqués localement – malgré le fait que j’habite à Paris. Ça n’est pas encore parfait, je me doute que les experts diraient qu’il reste un chemin fou à parcourir mais en tant que cliente lambda, je me sens un petit peu moins perdue dans cette jungle quand je fais mes courses.

L’année dernière, comme je vous l’avais dit ici, j’ai joué le jeu : pour le Fashion Revolution Day, j’ai demandé à ma marque favorite où et comment étaient fabriqués mes vêtements,

et … surprise… PAS DE REPONSE… jamais ! malgré mes relances amicales et polies. La marque qui m’envoie des newsletters tout le temps parce que je suis une « cliente VIP » ne daigne pas me répondre lorsque je lui demande de m’en dire un peu plus sur la manière dont elle fait fabriquer mes vêtements. Quelle déception.

Parce que oui, je me doute que quand j’achète un pull 10€, les personnes qui ont travaillé à sa fabrication ne risquent pas d’être payées dignement – du coup, j’essaie de ne plus en acheter. Mais, si j’achète mon pull 80€, ai-je vraiment la certitude que les gens ont été mieux traités ? Comment je peux CHOISIR si je n’ai tout simplement pas l’information ? si elle n’est trouvable nulle part ? si la seule marque à laquelle j’ai demandé des infos n’a jamais daigné me répondre ?

FashRev_Je veux savoir

On fait quoi pour que ça change ?

Le 24 avril, dans très exactement 1 semaine, c’est à nouveau la date anniversaire de l’effondrement du Rana Plazza – date de commémoration qui a été choisie pour la journée annuelle de la Fashion Revolution.

Cette année, parce que ce sujet commence à vraiment me turlupiner, j’ai intégré le comité français du mouvement Fashion Revolution. J’ai voulu essayer d’apporter ma mini-contribution à ce mouvement bénévole international, ajouter mes forces à celles de toutes les personnes qui ont décidé de se battre pour qu’il n’y ait plus jamais de Rana Plazza. Dans ce comité français, j’ai la chance d’être au côté de 7 femmes extra, battantes et engagées, aux profils et aux expériences très diverses avec qui on essaie de faire bouger les choses. Et je peux vous dire qu’on a du pain sur la planche !

On s’est dit que le début pour la révolution de la mode, c’est peut-être tout simplement de dire aux marques qu’on se sent concernés par tout ça. Leur dire qu’on VEUT SAVOIR comment ils fabriquent nos vêtements, les coulisses de cette belle industrie qu’on aime et qui nous fait rêver. On ne leur demande pas d’être parfaites, juste de nous dire ce qu’elles font pour que les choses s’améliorent. On ne leur demande pas la baguette magique qui fera que d’un coup tout sera super clean. Juste de nous dire qu’elles agissent en ce sens et reconnaissent que notre question est légitime.

Aujourd’hui, #JEVEUXSAVOIR :

Je veux savoir et comment ont été fabriqués mes vêtements,

Je veux savoir si les personnes grâce auxquelles je porte fièrement ma petite robe ont été traités dignement. Si leur salaire leur permet de vivre, de se loger et de se soigner.

Je veux être sûre qu’en achetant mon pull / mon sac / mon jean  je n’ai pas indirectement une part de responsabilité dans le travail d’un enfant à l’autre bout du monde, ou dans l’écroulement d’une usine sur des milliers de travailleurs.

Je veux savoir si les produits utilisés ne sont pas nocifs pour la planète.

Parce que savoir me permettra de choisir en toute conscience, et de connaître les implications de mes choix.

IMG_20150417_164926

Et vous ? ça vous intéresse ce sujet ?

Si oui, je vous propose de nous aider à dire aux marques que vous aussi, vous vous souciez de la manière dont sont fabriqués vos vêtements. Juste ça. On n’accuse pas, on ne pointe pas du doigt. On ne dit pas que plus-jamais-on-n’achetera-autre-chose-que-du-bio-du-éthique-et-tout. On ne signe pas un engagement à vie. On dit juste qu’on a le droit de savoir. Pour pouvoir choisir en connaissance de cause.

Alors, vous nous aidez ?

Comment participer à la campagne cette semaine ?

1. Prenez-vous en photo portant une pancarte mentionnant :

#JEVEUXSAVOIR

#WHOMADEMYCLOTHES

Vous pouvez l’écrire à la main, ou télécharger la pancarte ici. Si c’est un problème pour vous, vous pouvez bien sûr cacher votre visage 😉

2. Et partagez-la sur la page facebook de Fashion Revolution Day France et sur les réseaux sociaux.
3. Si vous n’avez pas facebook, vous pouvez aussi m’envoyer votre photo par mail si vous préférez à contact[@]woolkiss.com , je la transmettrai !
Image3
 
4. Pour les parisiens, on se retrouve aussi le 24 avril pour une journée conférence / expo / rencontres /  ateliers (dont tricot, of course) à l’Archipel, je vous en dirai plus !

 Toute l’équipe WoolKiss au grand complet mobilisée pour la Fashion Revolution 😉 Merci à Léna, ma super stagiaire !

IMG_20150417_165850

J’ai hâte de savoir ce que vous pensez de tout ça ! Et j’espère retrouver quelques uns d’entre vous via les réseaux sociaux, ou à Paris le 24 avril, autour de cette belle cause. Pour ceux que ce sujet intéresse, la page facebook de Fashion Revolution Day France  est une mine d’informations.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...Facebooktwittergoogle_pluspinteresttumblrmailFacebooktwittergoogle_pluspinteresttumblrmail

4 réflexions sur “#jeveuxsavoir comment sont fabriqués mes vêtements ! Et vous ?

  1. pasapasdechat dit :

    Génial ! Je pense que c’est une démarche citoyenne, légitime et indispensable ! C’est une question qui me taraude depuis quelques années (et depuis quelques mois pour la laine aussi, quand on voit les conditions de « tonte » des lapins angoras et de moutons dans certains lieux de production). En tant qu’acheteur, on est au bout de la chaîne, je me dis que nous sommes responsables aussi du premier maillon. Je te suis à 3.000%. Un grand merci pour ton billet que je vais relayer.

    • LaureWoolKiss dit :

      Merci beaucoup ! 100% d’accord avec toi sur la responsabilité que nous avons ! Et oui aussi, les questions sur la laine que l’on tricote sont tout à fait légitimes. En ce qui concerne l’Angora, je suis super contente d’avoir trouvé un magnifique Angora éthique et Made in France pour ma marque WoolKiss, car comme toi j’ai vu des choses effrayantes sur l’épilation des lapins en Chine…
      La route est longue, mais on va y arriver !

  2. Syl'Vie dit :

    J’avais écris à Zalando pour savoir quelles marques éthiques ils proposaient et bien… aucune réponse!! Ils tiennent trop à leur fric pour se soucier des autres… par contre si leur enfant ont un bobo c’est la fin du monde hein…

  3. nanou dit :

    Je suis bien d’accord avec toi. Et tout autant révoltée. Ma prise de conscience s’est rélaisée en visionnant le film documentare The true cost ou la mode à quel prix? Aussi je suis depuis quelques années Lidewij Edelkoort la trendforecaster de la mode qui a mis les pieds dans le plat l’annèe dernière et a écrit un manifeste dénnoçant cette mode « prête à jeter ». De mon côté depuis, je n’achète plus de laine chez Bergère de France ou Phildar. J’aime bien la laine chez dererumnatura.fr.
    Merci pour ton article sur le 24 avril et tout tes liens, et au 24 prochain.
    nanou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *